MSRO, Marché de solidarité régionale de l'Outaouais
Devenez membre Déjà membre ?


Nom d'utilisateur Mot de passe

Blog - Articles d'actualité

 

Capsule vidéo de Simon Dutil-Paquette et Miel de la Garde

https://www.youtube.com/watch?v=P4IwbAzxoms

Tout commence à Prévost, dans les Basses-Laurentides, lorsque des voisins déménagent. Ces derniers étaient propriétaires de trois belles ruches. Déjà intéressés par les insectes et l'environnement, nous nous sommes proposés comme gardiens des abeilles.

Une histoire d'amour avec les abeilles débutait!

En 2015, aidés d'une formation en sciences de l'environnement et une solide expérience dans la sphère privée, doublé d'une expérience en enseignement, les deux fondateurs donnent naissance à Miel de la Garde.

 

Miel de la Garde opère maintenant une centaine de ruches dans la vallée de la Rivière-du-Nord. Ce positionnement permet de certifier notre miel biologique (certifié biologique par Québec Vrai).

Miel de la Garde offre une vingtaine de produits de la ruche. Du miel au bonbons au miel en passant par les crèmes cosmétiques à base de propolis, nous vous proposons une immersion dans la ruche à travers nos produits de grande qualité.

Miel de la Garde offre également des formations sur l'apiculture pour les particuliers, les écoles, les Cégep et les municipalités.

Capsule vidéo de Simon  Dutil-Paquette et Miel de la Garde

 

Capsule vidéo Chantal Conan de Forêts et Papilles

Visionnez la capsule vidéo de Chantal Conan. Elle présente son entreprise Forêts et Papilles et elle nous partage sa passion pour les produits de la nature sauvage québécoise qu'elle transforme en thé et tisanes.https://www.youtube.com/watch?v=PdP0C5NnKDM

 

Capsule vidéo Chantal Conan de Forêts et Papilles

 

 

Création de groupes de discussions afin d’ajuster l’offre (produits et services) aux attentes des membres

 Depuis notre incorporation en 2014, un mouvement de solidarité dans la population a permis à notre organisme de recueillir l’adhésion de plus de 600 membres.

 

Cet élan de sympathie illustre l’importance et la pertinence de notre mission: promouvoir l’achat de produits locaux; contribuer au développement d’une agriculture et d’une alimentation de proximité dans une perspective de développement durable, d’autosuffisance et de souveraineté alimentaire.

 

Si l’adhésion à la Coop est significative, l’utilisation hebdomadaire de ses services reste marginale, alors que plus ou moins 8% de nos membres effectuent des achats via notre plateforme électronique. Parmi ce groupe restreint, ceux qui commandent régulièrement sont encore moins nombreux. Ce résultat fait en sorte que la viabilité et le développement de la coopérative sont fragilisés. Pourtant, notre organisation apparait novatrice et pertinente dans la transition nécessaire à la construction d’un monde respectueux de son environnement.

 

C’est ainsi que le Conseil d’administration propose un exercice de réflexion pour mieux comprendre les freins à l’utilisation des services de la Coop par nos membres, pour ajuster notre offre de service et pour faire en sorte que l’achat de produits offerts devienne un choix logique.

 

Plus concrètement, nous mènerons une consultation articulée autour de trois groupes de discussion (focus group), ciblant chacun un groupe de personnes particulières avec à la clé une approche distincte.

 

Pour réaliser ce projet, nous réunirons des membres de la Coop qui ont accepté bénévolement d’encadrer ce projet.

Pour regarder le tableau et le dates de réunions cliquez sur le lien ci-bas:

http://www.msrdn.com/public/files/documents/Coopfocus.pdf

pour vous inscrire écrivez nous à l'adresse courriel info.msrdn@gmail.com

 

 

 

NOUS DÉMÉNAGEONS !

 

Voilà on y est ! Le déménagement prévu le 1er septembre a été reporté au 15 septembre afin de permettre la finalisation de la préparation de notre nouveau local. Pour tout savoir sur ce déménagement, nous vous avons préparé ce petit vadémécum1

 

COMMENT?

 Une équipe de bénévoles, sous la supervision de Francine Lebeau, réalisera le déménagement à partir du vendredi 15 septembre en matinée puis s’attaquera à l’aménagement du nouveau local. Il est à noter que des déménageurs professionnels seront embauchés pour le déménagement des congélateurs et réfrigérateurs.

 

OÙ?

 Pour la réception et la cueillette des produits : À l’Institut Régional des Sports, situé au 451, rue Melançon à Saint-Jérôme (anciennement aréna Melançon).

Bureau administratif : 347, rue du Palais. À partir du 19 septembre, nous occuperons un espace en sous-location avec le SLAM. Tout le travail administratif y sera réalisé dorénavant.

Nous conservons notre même numéro de téléphone, soit le 450-504-5340

 

QUAND?

 Les producteurs et productrices devront y livrer leurs marchandises à compter du 19 septembre. Les membres utilisateurs effectueront leur première cueillette à ce nouveau local dès le 20 septembre.

 

POURQUOI?

 Essentiellement, ce déménagement nous permettra de diminuer les frais fixes, et ce, afin d’assurer un équilibre budgétaire à moyen et à long terme. Nous espérons qu’il s’agit d’une période de transition.

 

À VENIR :

 Fête des Récoltes, le samedi 14 octobre au 451, rue Melançon (informations supplémentaires à suivre)

Marché de Noël, le dimanche 3 décembre à la Vieille Gare de Saint-Jérôme

 

VOTRE CONTRIBUTION :

 Vos commandes régulières, votre implication bénévole et votre fidélité permettront à la Coop de continuer à se développer.

 

MERCI AUX BÉNÉVOLES QUI SE SONT PORTÉS VOLONTAIRES POUR RÉALISER LE DÉMÉNAGEMENT !

 

Jacques Bouchard, président, pour le Conseil d’Administration.

NOUS DÉMÉNAGEONS !   

 

 

 

 

Être solidaire : le bon choix!

 

Difficile parfois de faire des liens entre les accords commerciaux, l’exploitation des personnes démunies et nos modes de consommation.

L’histoire de la tomate est, en ce sens, très instructive. 
Déjà, nous savions que le Canada importe 31 % de plus de produits en provenance de pays à risque d’exploiter les enfants ou de travailleurs forcés depuis 2012. Une des augmentations importantes citées, par le rapport de Vision mondiale publié en juin dernier, est les importations de tomates qui ont atteint l’ordre de 338 millions de dollars, soit une progression de 97 % par rapport à 2012. (Notons que l’on faisait état dans le même rapport des problèmes avec le café d’Amérique centrale, les vêtements en provenance du Bangladesh, les souliers de l’inde et l’huile de palme en provenance de l’Indonésie).


Le journaliste Français Jean Baptiste Malet, vient de publier un livre, L’Empire de l’or Rouge (édition Fayard). Il décrit que la tomate est devenue une matière première industrialisée qui circule en baril, comme le pétrole, qui ment aux consommateurs sur sa nature, qui abuse de leur pauvreté et qui engraisse les multinationales et la mafia. « Le marché de la tomate en est un globalisé qui en dit beaucoup sur l’économie néolibérale et sur cette idéologie qui en dicte les règles. »
Tous les humains mangent des tomates, partout dans le monde, à raison de 5kg par an et par personne. C’est dire que le marché attire toutes les convoitises. Il explique comment le système actuel permet tous les excès dans sa commercialisation et sa production. Il écrit que la tomate bien ronde et bien mûre que l’on s’imagine est dans les faits devenue une tomate d’industrie artificiellement créée par des généticiens pour répondre à sa transformation. Elle est plus lourde, plus dense et contient moins d’eau. En fait, il décrit que la tomate industrielle est à la tomate fraîche ce qu’une pomme est à une poire. 


Son enquête l’a amené en Chine où il a pu constater les ajouts faits à la purée pour la rendre plus profitable lors de la vente; des champs de productions, en Italie, sous contrôle de la mafia; en Californie, il a vu les procédés de productions intensives, avec les conséquences sur la destruction environnementale. Il relève l’utilisation de pesticides interdits, l’utilisation des prisonniers, des minorités et des migrants pour alimenter ce commerce mondial.
En fait, son livre décrit comment les industriels ont perverti notre alimentation. Il souligne la nécessité de la régulation, de la traçabilité et l’importance pour les pouvoirs publics d’offrir toutes les informations aux consommateurs et consommatrices.


Morale de l’histoire : 
Acheter des tomates de nos productrices et producteurs locaux et les transformer nous-mêmes, c’est le meilleur gage pour bien s’alimenter, dans le respect des personnes et de l’environnement.
Être membre de la Coop permet de meilleurs choix pour un monde meilleur!

 

Jacques Bouchard

 


Sources : Le Monde Diplomatique, juillet 2017, Le Devoir, samedi 22 juillet. Il est à noter qu’un documentaire relié à ce livre devrait être diffusé cet automne à TV-5.

 

 

 

Partenaire(s):



Site créé par WebHull, 2014

Coop d'alimentation Rivière du Nord
451 rue Melançon
Saint-Jérôme, QC, J7Z 1X9

(450)504-5340
Image Produits Image Producteurs Image Recettes Image Nouvelles